Aéroclub Bastia Saint Exupéry (Corse)
Téléphone : 04.95.36.24.85 - mail : contact@aeroclub-saint-exupery.fr https://www.facebook.com/aeroclubbastiastex

Blog

31 juillet 2018 : l’aéroclub Bastia-Saint-Exupéry présent à la commémoration du 74e anniversaire de la disparition de l’écrivain aviateur

Le 31 juillet 2018, le Président Jean-Jacques Franceschini était présent à l’hommage rendu à l’écrivain aviateur Antoine de Saint-Exupéry dont notre club a l’honneur de porter le nom, à l’occasion de la cérémonie de commémoration du 74eanniversaire de sa disparition après avoir décollé de la plate-forme de Borgo pour une mission de guerre. Il a répondu positivement à la traditionnelle invitation faite tous les ans aux dirigeants et adhérents du club par les autorités organisatrices de cette manifestation. Nous profitons de cet article succinct pour les remercier vivement de cette élégante attention et en particulier Monsieur le Colonel Cyril Meunier, Commandant de la base aérienne 126 « Capitaine Preziosi » de Solenzara-Ventiseri qui a autorisé la reproduction ci-après de sa remarquable allocution qui pourra inspirer les pilotes jeunes ou expérimentés, mais aussi tout simplement, les citoyens démocrates et républicains que nous sommes tous.

 

« Mesdames et Messieurs, je vous remercie d’être présents aujourd’hui pour rendre hommage à Antoine de Saint Exupéry.

 

Je remercie particulièrement le Colonel Bernard Lemonnier pour l’organisation de cette cérémonie annuelle en mémoire de cet homme hors du commun.

 

Rendre hommage à Antoine de Saint Exupéry me touche singulièrement car j’ai eu l’honneur de servir, comme lui, en tant que pilote de reconnaissance au sein de la 33èmeescadre de reconnaissance et je me souviens de cette époque. Je me souviens de mes camarades pilotes qui arboraient avec panache et fierté sur leurs épaules, l’insigne de l’escadrille Ô combien symbolique du petit Prince. Mon prédécesseur à la tête de la BA126 avait l’an passé retracé brillamment la vie de Saint-Ex, poète, romancier, et bien entendu aviateur et pilote de guerre, disparu tragiquement le 31 juillet 1944, au cours d’une mission de reconnaissance aérienne. Complémentairement à lui, je souhaite insister ce soir sur les qualités humanistes de cet homme qui appellent encore aujourd’hui au respect et force notre admiration. L’humanisme de ce grand Homme, 74 ans après sa disparition, demeure d’une remarquable modernité et prend tout son sens à la lumière de l’actualité.

 

« La grandeur d’un métier est peut-être, avant tout d’unir les hommes : il n’est qu’un luxe véritable, et c’est celui des relations humaines.»

 

Cette magnifique citation de Saint-Exupéry extraite de Terre des Hommesétait affichée dans l’escadron 1/33 et je me souviens… Elle représente l’esprit d’équipe, la camaraderie, la conscience de la solidarité entre les Hommes, la conscience d’appartenir à une grande communauté, à une seule et même famille. Cette famille d’aviateurs célèbres avec lesquels il a forgé son destin : ses amis Guillaumet et Mermoz notamment… mais aussi la famille des pilotes de guerre qu’il retrouvera plus tard notamment ici en Corse… C’est le respect pour l’individu. C’est enfin la morale humaniste, chère à Saint-Exupéry. L’homme est avant tout un être responsable. La responsabilité c’est d’abord la compassion pour le faible et la honte devant la misère humaine. L’Homme peut exprimer sa grandeur dans son métier, cela doit lui permettre de s’élever…

 

Ce sont les relations humaines qui font la force de nos armées… qui forgent la fraternité d’arme et permettent parfois de donner sa vie pour sauver celles des autres. Je pense ici au sacrifice récent du colonel Arnaud Beltrame. Je pense aussi à mes camarades en opération où la fraternité d’arme, la solidarité et la cohésion ne sont pas de fumeux concepts. Ce sont des conditions impératives de succès :

 

« Je veille sur ta vie, tu veilles sur la mienne… ».

 

Unir les hommes autour d’un métier, d’une passion, ou d’idéaux à travers les relations humaines, c’est admirable… A l’heure de l’individualisation de notre société il me semble aujourd’hui encore, que cela demeure toujours un véritable luxe que nous avons la charge individuelle et collective d’entretenir…

 

Je poursuivrai mon allocution par une seconde citation :

 

« Si tu diffères de moi, mon Frère, loin de me léser, tu m’enrichis »

 

Cette pensée issue de son œuvre Pilote de guerre est écrite en 1942 dans un contexte de guerre pénible où la solitude pèse. C’est une prise de conscience de l’autre, à la fois semblable et différent, mais aussi de tout ce qu’il peut lui apporter… Cette phrase exceptionnelle est devenue une citation universelle car tous les Hommes sont concernés. Son côté didactique permet d’apprendre à accepter la différence et éviter de se refermer sur soi-même … c’est le contraire de ce que prônent actuellement les extrémistes qui menacent nos sociétés et nos modes de vie. Cet appel à la tolérance et à la fraternité demeure éminemment d’actualité à l’heure où les migrations sont de plus en plus nombreuses et où les tensions qui en découlent, bousculent les équilibres établis.

 

Tolérance et fraternité, magnificence des relations humaines dans l’exercice d’un métier, Antoine de Saint Exupéry était un grand humaniste, profondément engagé pour son pays et surtout passionné… Passionné par le vol, les sciences et techniques, la littérature, la musique, la poésie et le dessin. Les arts qui rassemblent et qui unissent les hommes… Mais également opiniâtre… opiniâtre dans l’action, dans ses combats et dans ses nombreuses aventures…

 

Son courage, sa ténacité, sa volonté d’aller au bout de son engagement sont un exemple pour tous…Antoine de Saint Exupéry était un homme hors du commun, un homme qui essayait de comprendre les hommes, un aviateur et un aventurier qui exalte encore aujourd‘hui la fierté des ailes françaises…

 

Je vous remercie pour votre attention. »

 

Colonel Cyril Meunier, Commandant de la BA 126, le 31 juillet 2018 à Bastia-Poretta.

La stèle commémorative devant l’aérogare de Bastia-Poretta.

Une émotion toujours présente après 74 ans lors des allocutions.

Le dépôt des gerbes.

A propos de l'auteur